Bio

Portrait_bio_web

François Esch mêle subtilement les boucles électro folk rock et signe une chanson française sensible, profonde et élégante.

En 1997, lors du premier passage de Joseph Arthur à Strasbourg, il découvre l’oversampling. Fasciné par la possibilité donnée à un artiste seul d’élaborer un univers complet, il file s’acheter une guitare et deux pédaliers.

S’en suit une longue période d’expérimentation et de création. Inspiré par des musiciens en perpétuelle recherche comme Thom Yorke ou Damon Albarn, François Esch confronte son amour du cinéma, des lettres et de la philosophie pour jeter les bases  d’un univers singulier dont les airs et les textes vous invitent doucement au voyage et à la réflexion sur la vie, l’amour et la condition humaine. Au fil des chansons, il n’est pas rare de croiser un plan de Kubrick, un mot de Hermann Hesse, ou une pensée de Nietzsche.

En 2008, il rencontre Klu, sound designer au studio Funkyard à Strasbourg. Il y réalise deux albums Zigzag et Aquarium et inscrit son travail dans le renouveau de la scène française.

Début 2010, il entreprend une tournée acoustique remarquée dans les  clubs du Grand Est qui le conduit à La Laiterie.

Le 27 octobre 2011 sort son troisième album « Cache cache » dont les rythmiques hip hop, les basses trip hop et les atmosphères électro creusent encore le sillon de cet univers riche et singulier.

En 2012, Francois ESCH partage son dernier opus sur scène et enrichit son set en synchronisant ses samples audio à des vidéos et des lumières.

De 2013 à 2014, il réalise des clips pour des artistes strasbourgeois, intègre le mapping vidéo à ses créations et collabore en tant que compositeur et VJ mapper avec des compagnies de danse et de cirque.

De 2015 à 2016, il conçoit et réalise le studio Aquarium.

L’année 2017 est consacrée à l’écriture et l’enregistrement de son quatrième album Bovary qui verra le jour au printemps 2018.